The Happiness Industry - William Davies

The Happiness Industry - William Davies

Découvrez pourquoi les entreprises et les gouvernements du XXIème siècle cherchent à accroître le bonheur et comment leur science de la mesure et de la manipulation s'est développée.

Êtes-vous heureux? Dans «The Happiness Industry», le philosophe William Davies nous montre que le développement de la «science du bonheur» vise à quantifier les éléments subjectifs de la nature humaine, afin d'optimiser les performances des travailleurs.

Ces dernières années, c'est la question qui imprègne les secteurs les plus divers de notre société. Les applications de surveillance du corps, la pleine conscience, les conférences avec des gourous religieux et les livres de développement personnel convergent dans une culture de maximisation du bien-être.

Voulez-vous comprendre comment le gouvernement et les grandes entreprises nous vendent le bonheur? Alors ce résumé est pour vous!

À propos du livre «The Happiness Industry»

«The Happiness Industry», de l'auteur William Davies, nous explique comment les spécialistes du marketing, les économistes et leurs dirigeants mesurent le bonheur et comment ils en tirent parti.

Ce livre est une analyse approfondie de la manière dont le bien-être est en train de devenir un produit et des conséquences qui en découleront.

À propos de l'auteur William Davies

William Davies est un sociologue anglais dont les travaux portent sur l'histoire des idées et sur la manière dont les connaissances spécialisées façonnent la société d'aujourd'hui.

Il est codirecteur du Center for Political Economy Research à Londres et a fréquemment contribué à plusieurs journaux et périodiques, tels que la New Left Review, The Guardian et la London Review of Books.

Davies est également l'auteur des livres «The Limits of Neoliberalism: Authority, Sovereignty and the Logic of Competition» et «Nervous States: Democracy and the Decline of Reason».

À qui convient ce livre?

Le livre «The Happiness Industry» est recommandé aux personnes qui cherchent à comprendre le rôle du bonheur dans la modernité et le fonctionnement du Big Data dans notre société. Les chefs d'entreprise sont attirés par le contenu de cet ouvrage.

Les idées principales du livre «The Happiness Industry»

  • Dans notre société, le bonheur est au centre des préoccupations des gouvernements et des entreprises;
  • L'internet a rendu possible la recherche psychologique de masse;
  • Les études sur la subjectivité humaine ont toujours été liées à la recherche d'une productivité accrue;
  • Les taux élevés de malheur sont le résultat de l'inégalité générée par les institutions qui composent notre société;
  • La façon dont nous gérons le malheur est le résultat d'une association politique de la psychologie qui sert les classes dirigeantes;
  • La manière dont ce système est structuré neutralise la possibilité d'une critique politique.

La science du bonheur

Dans son analyse du bonheur dans la société contemporaine, l'auteur William Davies trace un panorama des penseurs qui ont cherché à dévoiler comment nous pensons et agissons.

Dans le premier chapitre du livre «The Happiness Industry», il présente deux éléments qui sous-tendent cette «science du bonheur»: l'utilitarisme de Jeremy Bentham et la psychophysique de Gustav Fechner.

Selon Jeremy Bentham, les politiques gouvernementales doivent aboutir à un maximum de bonheur pour la majorité de la population. Adepte d'une tradition qui rejette les valeurs abstraites, il affirme que le bonheur doit être quantifié sur la base de deux indicateurs concrets: la mesure du pouls et l'argent.

Gustav Fechner est l'une des figures clés du développement de ce que nous connaissons aujourd'hui sous le nom de psychologie.

Selon sa théorie psychophysique, l'être humain doit être compris comme l'équilibre entre le corps et l'esprit. Dans ses études, Fechner a cherché des moyens de quantifier l'esprit par des signaux physiques.

Tous deux visaient à transformer des expériences subjectives en objets comparables. Comme le souligne Davies, la ligne de pensée de ces intellectuels écarte le langage comme moyen approprié de communiquer les sentiments et les désirs.

Le prix du plaisir

Dans le deuxième chapitre du livre «The Happiness Industry», l'auteur William Davies remet en question la fiabilité de l'argent comme moyen de représenter nos sentiments. Il démontre que les études sur la subjectivité humaine ont toujours été liées à la recherche d'une productivité accrue.

L'argent a deux fonctions contradictoires: de contenir une certaine valeur et d'être un moyen d'échange. L'histoire de l'économie libérale est guidée par la volonté de faire face au caractère bipolaire de la monnaie. La solution proposée par les économistes est l'idée abstraite de «valeur».

William S. Jevons a contribué à cette histoire avec une théorie de la «valeur» qui établit une corrélation entre le plaisir et l'argent, sur la base des hypothèses de Bentham.

Depuis lors, la subjectivité et son interaction avec le marché sont devenues centrales dans l'économie et se sont ensuite étendues à d'autres institutions sociales.

Après les années 30, il y avait un fossé entre la psychologie et l'économie. A partir des années 90, on assiste à une reprise de la relation entre les deux disciplines, afin de retrouver l'importance de l'économie. Par conséquent, l'autorité morale de l'argent.

Le sentiment d'acheter

Depuis la fin des années 1990, les chercheurs en marketing sont de plus en plus obsédés par les indicateurs physiques de nos préférences de consommation. Le troisième chapitre porte sur l'instrumentalisation de la psychologie par les professionnels de la publicité.

C'est à Wilhelm Wundt que l'on doit d'avoir fait de la psychologie une discipline autonome, émancipée de la physiologie et de la philosophie. Ses études ont servi de base au développement des psychologues américains, qui l'ont abordé dans une perspective rejetant les questions métaphysiques.

Dans les mains de John Watson, la psychologie est devenue un outil efficace de manipulation. Il est le fondateur du behaviorisme, un aspect extrêmement scientifique de la psychologie qui vise à expliquer les secrets du comportement humain comme résultat du conditionnement.

Le béhaviorisme est capable de produire des publicités qui ciblent la subjectivité des consommateurs. Cependant, comme le démontre l'auteur William Davies dans son livre «The Happiness Industry», elle est inefficace pour identifier les désirs des gens et nécessite le soutien d'une étude de marché.

De cette union, les idéaux politiques se transforment en consommation.

Le travailleur psychosomatique

Dans ce chapitre du livre «The Happiness Industry», l'auteur William Davies évoque les systèmes d'optimisation de la productivité qui se sont développés dans l'histoire de l'industrie et ses réflexes sur le comportement des travailleurs. Deux noms ressortent ici: Frederick W. Taylor et Elton Mayo.

Le taylorisme est un système fondé sur l'analyse méthodique de la chaîne de production, des conditions physiques des travailleurs et du travail lui-même. Elle consiste à extraire une production maximale avec un minimum de ressources, par la division rationalisée du travail. Ce système cause un grand malheur aux travailleurs.

Elton Mayo a identifié dans ses recherches que le bien-être est un facteur qui interfère avec la productivité. Depuis sa conception, le management est devenu une fonction sociale et psychologique.

Alors que la gestion thérapeutique proposée par Mayo prenait de l'ampleur, la résistance au travail a commencé à se manifester sous la forme de problèmes physiques.

Davies dit qu'une reprise sophistiquée du taylorisme est en cours. Les nouvelles technologies permettent de surveiller nos performances physiques et mentales.

On perçoit la montée d'un nouvel idéal de comportement humain, dans lequel le travail, la santé et le bonheur deviennent indiscernables. Dans ce contexte, le bonheur est une ressource à explorer.

La crise de l'autorité

La quantification du bonheur a été assimilée par un courant de pensée qui domine la société depuis les années 1980: le néolibéralisme.

Les années 1960 ont vu une prolifération d'idées caractérisées par un profond relativisme, qui remettaient en cause la légitimité des autorités traditionnelles.

Le livre «The Happiness Industry» explique que ce contexte de démocratie excessive et de pluralisme culturel rendait plausible une reprise d'idées similaires à la proposition utilitariste de Bentham.

Selon l'auteur William Davies, deux courants intellectuels se sont renforcés au cours de cette période:

  1. Les économistes de l'école de Chicago, qui considéraient l'économie comme une science objective du comportement humain;
  2. Et les néo-Kraepeliniens de St. Louis, qui considérait la maladie mentale comme un problème du corps, qui exigeait une observation méthodique et une interprétation sociale minimale.

Avec le soutien de l'industrie pharmaceutique, le développement de médicaments pour le traitement des maladies mentales s'est intensifié. La tristesse n'est plus un symptôme mais un problème à traiter.

Optimisation sociale

Dans le sixième chapitre du livre «The Happiness Industry», l'auteur William Davies analyse la forme actuelle du capitalisme, caractérisée par des entreprises modernes comme Uber et Airbnb, et des publicités qui pénètrent dans l'intimité des consommateurs, afin de les fidéliser.

Contrairement aux hypothèses des économistes, il s'est avéré que l'altruisme influence plus que le calcul monétaire dans notre prise de décision. De cette manière, il est plus efficace de faire appel au sens moral et à l'identité sociale de l'individu qu'à ses intérêts particuliers.

Suite à cette découverte, le marché rejette son ancienne forme, se présentant comme un phénomène social. Son caractère monétaire est dissimulé. L'auteur appelle ce processus «socialisme néolibéral»: partager est mieux que vendre, tant que cela n'interfère pas avec la logique du Capital.

Davies note que cette nouvelle forme de capitalisme est possible grâce à la numérisation des relations sociales. Des questions d'origine politique, sociale et économique se voient offrir des solutions individuelles qui aboutissent à un cycle d'insatisfaction qui alimente le consumérisme.

Vivre dans un laboratoire

Actuellement, on dit que les bases sont établies pour dévoiler les secrets de la subjectivité humaine. L'auteur William Davies met en évidence trois facteurs qui ont conduit à cette reprise de l'optimisme behavioriste:

  1. L'essor du Big Data;
  2. La prolifération du narcissisme;
  3. La capacité d'automatiser la reconnaissance des données grâce au développement d'algorithmes.

Dans le contexte actuel, de dissolution des limites politiques, technologiques et culturelles du suivi psychologique, les états subjectifs sont devenus des objets quantifiables. Le défi pour les chercheurs est d'interpréter des quantités massives de données.

Le livre «The Happiness Industry» précise qu'il est nécessaire de se demander si cette technologie est vraiment le moyen idéal de garantir le bien-être de la population. La surveillance, la gestion et le contrôle de nos émotions sont si efficaces qu'ils neutralisent les formes alternatives de représentation politique et économique.

Animaux critiques

Dans le dernier chapitre du livre «The Happiness Industry», l'auteur William Davies affirme que la façon dont nous traitons le malheur dans la société est le résultat d'une association politique de la psychologie qui sert les classes dirigeantes.

Cette idéologie fonctionne de manière double, à travers des dispositifs technologiques complexes qui collectent des données et produisent une formule objective du bonheur, tandis qu'un récit d'autogestion guide les citoyens ordinaires. Une discussion sur l'efficacité de ce système devient impossible.

Le traitement de l'esprit comme une entité indépendante qui doit être surveillée et réparée est un symptôme de la culture elle-même qui produit le malheur. L'impuissance des individus fait partie intégrante de l'émergence de problèmes tels que l'anxiété et la dépression et trouve son origine dans des questions sociales, politiques et économiques.

Davies conclut ses idées par quelques réflexions qui peuvent construire une alternative au système actuel.

Pour résoudre la prétendue crise du bonheur qui frappe la société actuelle, une restructuration des institutions qui la composent est indispensable. Enfin, et surtout, que les gens soient et se sentent entendus.

Qu'est-ce que les autres auteurs en disent?

Dans le livre «Le petit livre de l'Ikigaï», l'auteur Ken Mogi raconte que le mot ikigai est d'origine japonaise et signifie, en traduction libre, «raison de vivre». Il dit que tout le monde a un Ikigai, il suffit de le trouver, et définit les 5 piliers pour cela, qui sont: commencer petit; se libérer; harmonie et durabilité; a joie des petites choses et être dans l'ici et maintenant.

Dans le livre «Système 1/Système 2», Daniel Kahneman, qui a également remporté le prix Nobel d'économie, donne des informations sur le fonctionnement du cerveau au moment de la décision. Il part du principe qu'il y a deux façons de décider quelque chose. La manière rapide et émotionnelle et la manière lente et rationnelle.

Enfin, pour vous qui êtes le leader, dans «Le serviteur», écrit par l'auteur James C. Hunter, vous découvrirez le concept de leadership servant avec l'histoire de John Daily, un patron qui cherche à transformer sa situation pour avoir une vie plus épanouie, en apprenant les principes et les bases d'un bon leader.

D'accord, mais comment puis-je appliquer cela à ma vie?

«The Happiness Industry» montre que le malheur généralisé de la société contemporaine découle de l'absence de résolution de l'inégalité générée par les institutions politiques, économiques et sociales.

Selon l'auteur William Davies, il est essentiel que le bien-être soit une fin et non un moyen. Et pour cela, les gens doivent être entendus. En ce sens, vous pouvez adopter une structure coopérative dans votre entreprise, dans laquelle chacun se sent représenté.

Avez-vous aimé ce résumé du livre «The Happiness Industry»?

Que pensez-vous de «The Happiness Industry», de William Davies? Laissez-nous vos commentaires pour que nous sachions ce que vous pensez et que nous vous offrions toujours le meilleur!

Si vous souhaitez lire cet ouvrage dans son intégralité, cliquez sur l'image ci-dessous:

Livre «The Happiness Industry»

Ajoutez aux Favoris
Ajouter pour lire
Marquer comme lu
Create Account
Inscrivez-vous gratuitement

Et recevez chaque semaine des résumés des meilleures ventes à lire et à écouter quand vous le voulez!